Le charme vénéneux de des Esseintes

15 avril 2013 § Poster un commentaire

La Salomé de Gustave Moreau en couverture de cette édition du grand roman d'Huysmans

La Salomé de Gustave Moreau en couverture de cette édition du grand roman d’Huysmans

Des Esseintes, anti-héros d’A rebours. L’ouvrage halluciné de Joris-Karl Huysmans. Une certaine vision du symbolisme…
C’est un peu le roman de la décadence saumurée, le charme vénéneux d’une fin de siècle et l’aube malsaine d’un autre, le tout dans la pénombre d’un huis-clos précurseur d’un surréalisme qui n’était pas encore dans ses langes…
Ce roman mythique est aussi le livre que préférait Serge Gainsbourg, cela vous site une oeuvre.
J’avais très envie de me plonger dedans. C’est chose faite et je ne suis pas déçue. Chaque page, chaque ligne de ce roman statique, audacieux et très novateur au moment de sa sortie, en 1884, éblouit par son style à la fois implacable et poétique, profond et descriptif.
On en ressort plus riche, humainement parlant. Ce n’est pas une lecture qui se laisse facilement oublier. Les livres qui font cet effet ne sont, en fin de compte, pas si nombreux.
« A rebours », Joris-Karl Huysmans, e.a. en édition Poche. www.huysmans.org

Tagué :, , ,

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

Qu’est-ce que ceci ?

Vous lisez actuellement Le charme vénéneux de des Esseintes à bioutibox.be.

Méta

%d blogueurs aiment cette page :