Cascade de pierres précieuses

4 décembre 2016 § Poster un commentaire

bague-jardin-cubiste-lbaumerL’esprit Art déco s’allie au meilleur de l’architecture dans cette spectaculaire bague signée Lorenz Bäumer. Pas un hasard, puisque le joaillier franco-allemand née à Washington D.C. en 1965, s’est formé à l’architecture après avoir décroché un diplôme d’ingénieur.
J’ai eu la chance de rencontrer Lorenz Bäumer, voici quelques années, lors du lancement du rouge à lèvres Le Rouge G de Guerlain, dont il a créé l’étui carrossé comme un lingot d’or.
La maison de haute joaillerie Lorenz Bäumer, fondée en 1992, a investi en 2015 l’Hôtel d’Evreux, situé Place Vendôme.
La bague Jardin Cubiste concentre tout l’esprit du joaillier. Construite en terrasses de pierres fines et précieuses, enchâssées dans de l’or blanc serti de diamants, elle rend hommage à la célèbre Maison sur la Cascade (Fallingwater ou Edgar J. Kaufmann House), imaginée par l’architecte américain Frank Lloyd Wright en 1935. Son camaïeu de bleus et de verts – tourmaline bleue, tourmaline verte, péridot, tsavorite et turquoise – évoque les reflets de l’eau vive que surplombe la mythique demeure de Pennsylvanie.
www.lorenzbaumer.comwww.fallingwater.org
fallingwater

Jade, j’adore

16 mai 2014 § Poster un commentaire

Le fabuleux collier de jade à fermoir Cartier en or et rubis a appartenu à Barbara Hutton, avant de revenir dans la Collection Cartier (doc. Cartier)

Le fabuleux collier de jade à fermoir Cartier en or et rubis a appartenu à Barbara Hutton, avant de revenir dans la Collection Cartier (doc. Cartier)

La Collection Cartier a racheté récemment, lors d’une vente aux enchères à Hong Kong, un fabuleux bijou historique, le collier de jade de Barbara Hutton, la richissime héritière américaine, petite-fille du fondateur du grand magasin Woolworth. Ce joyau peu banal vient enrichir l’extraordinaire musée Cartier.
Composé de 27 boules parfaites en jade jadéite (issues d’un même bloc), d’une couleur vert émeraude très pure et orné d’un fermoir en or, platine, jade, rubis calibrés et diamants baguettes, le collier a été adjugé 27,44 millions de dollars, le record pour un bijou en jadéite.

Barbara Hutton et son mari, le prince Alexis Mdivani, au Metropolitan Opera de New York

Barbara Hutton et son mari, le prince Alexis Mdivani, au Metropolitan Opera de New York

DiadèmeCartier-Barbara-Hutton

Barbara Hutton arbore son impressionnant collier/diadème Cartier avec les émeraudes Romanov

1933. Barbara Hutton étrenne en public cette pièce d’exception lors de son mariage avec le prince Alexis Mdivani, alors que son père, Franklin Laws Hutton, vient de le lui offrir. Un cadeau de noces qui vous a une certaine allure, avouez-le. Le collier porte alors un autre fermoir, orné d’un diamant navette réalisé par Cartier. Le fermoir qu’on lui voit aujourd’hui, assorti au collier, est une commande que Barbara Hutton passe au joaillier de la rue de la Paix en 1934.
Barbara Hutton, alias la « pauvre petite fille riche », reste célèbre pour son goût très sûr et même audacieux pour l’époque. Les bijoux anciens n’ont cessé de fasciner pour leur supplément d’âme, leur histoire fascinante, voire leur passé rouge sang dans certains cas.
L’élégante Barbara en raffolait et rejoint ainsi le club serti clos des grandes collectionneuses de gemmes, Daisy Fellowes, Wallis Simpson, Elizabeth taylor… Elle est allée jusqu’à acquérir l’éblouissant diamant Pacha, que Cartier a monté en bague à sa demande, le fameux collier de perles de Marie-Antoinette et les émeraudes Romanov, achetées chez Cartier qui les a remontées en collier transformable en diadème. Gemmes, j’aime, j’aime!
www.cartier.fr

Barbara-hutton

Paris I love you

24 octobre 2013 § Poster un commentaire

Bague Voluptueuse en or blanc et diamants, coll. Paris Nouvelle Vague Cartier (ph. VD)

Bague Voluptueuse en or blanc et diamants, coll. Paris Nouvelle Vague Cartier (ph. VD)

L’écrin Cartier de Bruxelles recevait aujourd’hui, jeudi, la presse pour faire les honneurs de sa nouvelle ligne de joaillerie, inspirée par la Ville lumière, et baptisée « Paris Nouvelle Vague ».


L’occasion d’admirer des gemmes extraordinaires montées en bagues, colliers, sautoirs, bracelets et boucles d’oreilles à tomber.

Bague Pétillante, en or rose à pampilles mobiles, coll. Paris Nouvelle Vague, Cartier

Bague Pétillante, en or rose à pampilles mobiles, coll. Paris Nouvelle Vague, Cartier

Munis d’un gant blanc, les journalistes ont pu toucher et essayer ces pièces superbes réparties en sept collections, Espiègle, qui rend hommage au jardin des Tuileries; Voluptueuse, baroque comme l’Opéra de Paris; Impertinente, comme les amoureux qui se bécotent aux Jardins du Luxembourg?, avec ses éclats de laque que l’on retrouve au sein de la collection Affranchie, qui s’inspire du Trocadéro; Pétillante, avec ses pampilles frémissante comme les plumes des spectacles du Moulin Rouge (sans doute ma préférée avec Espiègle); Délicate, ambiance rues de Paris au petit matin; et enfin Glamour, au gré des quais de Seine (les bagues aux volutes en pétales, dont la silhouette rappelle un peu l’opéra de Sydney, ont demandé des trésors de sertissage).

Bague Glamour, Cartier coll. Paris Nouvelle Vague

Bague Glamour, Cartier coll. Paris Nouvelle Vague

Coll. Paris Nouvelle Vague, à gauche collier Espiègle, à droite Sautoir Affranchie, Cartier (ph. VD)

Coll. Paris Nouvelle Vague, à gauche collier Espiègle, à droite Sautoir Affranchie, Cartier (ph. VD)

Les joyaux les plus monumentaux -en particulier une série de bagues XXL en or blanc, jaune ou rose- conservent une vraie légèreté grâce à leur serti minutieux, à leur mouvement et à leurs parties mobiles -diamants, pampilles, mini-cabochons de lapis-lazuli et de chrysoprase…

Une série de charmantes vidéos illustrent le propos. Pour le plaisir des yeux…
www.cartier.fr

Les merveilles de la collection Paris Nouvelle  Vague, dans les salons de la boutique Cartier (ph. VD)

Les merveilles de la collection Paris Nouvelle Vague, dans les salons de la boutique Cartier (ph. VD)

Diamants sur Internet

21 octobre 2013 § Poster un commentaire

Audrey_Hepburn_Tiffany'sAlors que les achats en ligne prennent de l’importance, le bijoutier de la 5th Avenue lance son nouveau site internet.
Pensé comme un portail dynamique, il expose tout ce qu’on aime: les collections légendaires, les bijoux plus accessibles, les bagues de fiançailles, les diamants issus du développement durable, le design et le glamour qui signent l’aura de la marque immortalisée sur grand écran et dans les lunettes XXL d’Audrey Hepburn (Diamants sur canapé de Blake Edwards).Tiffany-Bone-ElsaPeretti
L’occasion de (re)découvrir l’univers et la trajectoire de Tiffany & co., de rêver en zoomant sur les plus belles pièces -ah, le bracelet-manchette Bone signé Elsa Peretti!-, y compris les accessoires d’art de vivre (porcelaine, cristal et couverts en argent). Chaque pièce iconique a son histoire dévoilée sur le site.
Bien agréable: flâner dans la section Accessoires et imaginer tous les cadeaux que l’on rêverait de (se) faire pour Noël et Nouvel-An! Foulards, lunettes solaires, montres, petite maroquinerie, parfums… Le site américain en v.o. bénéficie sans doute d’un petit supplément de magie.

Tiffany_Flights_Of_Fancy_homepage_3x2

C’est en quelque sorte « web-fast » at Tiffany’s.
www.tiffany.com

Tiffany-site

Gemmes, gemmes, j’aime!

29 novembre 2012 § Poster un commentaire

La partie avant de la boutique, dédiée à la fantaisie « haute couture » (ph. VD)

Depuis 1855, la famille Leysen règne au firmament de la joaillerie belge. Passer devant l’écrin de la place du Grand Sablon prêtait à rêver, comme Holly Golightly en arrêt devant les vitrines de Tiffany, à NYC. Pousser la porte de la boutique Leysen, en revanche, pouvait avoir quelque chose d’intimidant.
Désormais, on n’hésitera plus à franchir le seuil du nouvel espace, Jewel Store L-Square, pensé comme un concept store du bijou pour toutes (et tous, avec bientôt une sélection d’accessoires pour hommes).
L’idée est carrément géniale: en vitrine, on découvre un cocktail inspirant de pièces allant de la fantaisie « haute couture » (colliers à pampilles,  bagues fines en vermeil ou en argent massif, pierres fines, cristal, cuir, bois, perles de culture, bracelets bi-matière…) aux joyaux les plus coûteux.
A l’intérieur du magasin, on passe des bijoux à prix doux aux pièces de haute joaillerie (dans le fond et à l’étage, où se trouvent aussi les bureaux et un petit atelier).

Colliers plume Learose (ph. VD)

Ah, les colliers à pampilles! Les larges manchettes! Les bijoux plumes Learose! Les montres à cadran coloré et bracelet en cuir patiné (Raketa et Bello&Preciso)! Rien de plus tendance que d’associer le « vrai » -or, perles, platine, pierres précieuses- à la fantaisie.
Pour vous dire, j’ai déjà craqué pour une bague à fine monture vermeil (or sur argent massif) enchâssant un cristal vert facetté super lumineux (90 €).

Sélection de jus Annick Goutal (ph. VD)

Concept store oblige, les créations de Perrine Leysen, la sélection de bijoux (Machalka, Thea, Nessa -Vanessa Mimran- Ma Petite Chérie, Wouters&Hendrix, Dori Csengeri, Susan Suell…) s’accompagne de maroquinerie (sacs et pochettes en cuir Vanessa Tugendhaft) et d’une sélection de parfums et bougies parfumées Annick Goutal.
Une vraie caverne d’Ali Baba!
Jewel Store L-Square, 32 place du Grand Sablon, 1000 Bruxelles – www.l-square.bewww.leysen.eu

La panthère à Deauville

4 septembre 2012 § 1 commentaire

La Villa Cartier au Festival du Film américain de Deauville

Partenaire privilégié des stars du cinéma depuis toujours, la maison Cartier ne déroge pas à la tradition en parant, cette année, les jolies femmes au Festival du Cinéma américain de Deauvillle.
Cartier rend hommage dans sa « Villa » à son animal fétiche, la panthère, à travers le court métrage « L’Odyssée de Cartier » (voir par ailleurs sur bioutibox).
La Villa Cartier accueille la crème du 7e Art, ainsi que des festivaliers dans une ambiance très fauve, chic et wild.

En couple pour au moins trois ans… Frédéric Beigbeider, président du Jury Cartier à Deauville, et sa compagne Lara (bijoux Cartier)

Voici, pour le plaisir des yeux, de jolis portraits avec joyaux, signés Cartier bien entendu. Le président du jury Cartier 2012 à Deauville est un certain Frédéric Beigbeider, qui pose tout heureux avec son compagne Lara… Cela vous rappelle une publicité pour certaine marque branchouille? (The Kooples)

Ana Girardot, la fille d’Hippolyte, est membre du Jury Cartier 2012. Elle porte un bracelet Cartier

Lors de la clôture du Festival (le 9 septembre), et comme chaque année depuis 7 ans, le Prix de la Révélation Cartier récompensera le film le plus novateur et créatif de la sélection officielle.
www.cartier.fr

La comédienne Astrid Berges Frisbey, membre du Jury Cartier, la main sur le coeur au dîner d’ouverture le 31 août (bracelet Cartier)

Sandrine Bonnaire, tout jolie et bien dans son âge. Boucles d’oreilles Cartier

Des clous!

8 mai 2012 § Poster un commentaire

collection « Juste un Clou », Cartier

« Juste un Clou », la nouvelle ligne de joaillerie signée Cartier fait parler d’elle. Elle décline le clou de manière aussi luxueuse qu’inattendue. Et c’est là que la haute bijouterie devient géniale: en rendant désirable et en dédramatisant des créations luxueuses destinées à être portées de manière casual, au quotidien.
Quoi de plus charmant qu’un bijou véritable porté comme s’il s’agissait d’une fantaisie: sur un jeans, avec une veste en cuir brut, sur un simple T-shirt blanc?
« Juste un Clou » comprend des bagues et des bracelets en or jaune, rose ou gris, serti ou non de diamants. 1790 € la bague en or jaune ou rose; 5400 € le bracelet en or rose, 5700 € le bracelet en or gris. Réalisées à base dans les années 70, ces créations sont emblématiques d’un esprit d’indépendance, de liberté et de confiance en soi.  On adore!
www.cartier.fr

Où suis-je ?

Entrées taguées joaillerie sur bioutibox.be.

%d blogueurs aiment cette page :